images empruntées sur le net

 

Autrefois classé parmi les bandits, les fouteurs de trouble…Le pirate est désormais à la mode et devient de plus en plus aimable. Il a la côte « d’a’mor » ! À la suite de ses compères les fantômes, ogres, dragons, ou sorcières, il peut être tour à tour : sanguinaire ou sympathique, redresseur de tort ou pourfendeur de trésor… Il est inclassable ! Toujours, libre comme l’air, il n’écoute que le chant des sirènes, se faufile toujours à travers les mailles du filet.  Il vit en autarcie!

 C’est sûr, il détient le charme enviable de ne pas entrer dans un système : il ne paie pas d’impôts, il se moque des gouvernements, de l’ISF, des flux migratoires (sauf bancs de poissons), des crises boursières, de l’inflation, des élections ! C’est sûr, il y a des jours où l’on aurait envie d’être pirate ! Avec cet intense désir d’être libre comme l’air, de respirer les embruns derrière la proue du bateau plutôt que de lire dans le métro.

Etre son propre maître ?templates

Derrière ces ingrédients, à faire frémir nos frustrations de liberté, se cache un sérieux problème avec l’Autorité en général… Car le pirate n’accepte qu’une seule autorité …La SIENNE ! (Fut-elle au détriment du bien des autres et du bien commun!) Et nous avons tous, ce vieux réflexe: voguer seul sur l’océan de nos rêves sans se laisser récupérer par un groupe, un parti.  Et même une institution, fut-elle bi- millénaire.Oui,  le spirituel n’y échappe pas!

La tentation actuelle est belle et bien la spiritualité individuelle dénuée de norme et d’engagement. On veut méditer sans s’engager. Pourtant la Foi n’est pas un secteur où l’on pousse en friche, bien au contraire. Dans l’antiquité, il n’y avait pas de spiritualité sans autorité. Ainsi, toutes  les civilisations « toutes les traditions religieuses parlent d’une relation avec une autorité."        

Pourtant, cette notion a du mal à se forger une place au XXIe siècle. Elle est trop connotée : Elle véhicule l'idée d'une perte d’autonomie, et de liberté. Un revers alors qu’elle a longtemps inBATEAUX 36carné la notion de sagesse et de protection. Ce revers de sens explique certainement une défiance vis-à-vis de l’Autorité de Dieu et celle de l’Eglise. Car comment adhérer à une vie ecclésiale si elle est perçue comme castratrice plutôt que libératrice et source de vie éternelle ? Pas facile… il faut lutter contre le courant pour s’ancrer dans le bien-fondé d’une éducation dans la Foi de l'Eglise.

N’en déplaise à notre pirate, que l’on soit dans les lagons des galagos ou dans les eaux glacés de l’Antarctique, on ne navigue sans autorité. Elle nous construit, nous guide, nous éduque, et parfois même nous sauve. Et ce n’est peut-être pas pour rien que le Pirate (souvent borgne) n’a qu’une vision partielle des choses.

À nous de transformer ce vieux cœur de pirate qui sommeille en nous,   en un cœur d’enfants de Dieu qui louent le Seigneur sous les voûtes étoilées de nos Eglises.

Logo de l'année de la Foi, 2012

Chronique publiée dans la revue diocésaine "Eglise de St Etienne" en mai 2012

images empruntées sur le net